Ibn Batuta Community School Kosht

[ Site map ] [ Chercher ] [ Feedback - Contact ] [ Change language/colours ]
Up ] Nouvelles et média ] [ Introduction ] Projets ] Sponsors ]

 

Notre but - Petite histoire

Notre but

Intolérance et ignorance sont  souvent indissociables.  En créant une bibliothèque bien fournie et un centre informatique éducatif, nous offrons aux gens de Chitral une porte vers la connaissance, ce dont ils ne pouvaient même rêver il y a quelques années.  A l'école, nos élèves apprennent, dès le plus jeune âge, à développer un esprit critique et interrogateur sur le monde qui les entoure.  Ainsi, une base est formée pour plus de compréhension et de tolérance entre cultures terriblement diverses.

Top of page

 

Petite histoire

Qui sommes-nous ?  Deux jeunes Belges, qui après avoir terminé leurs études supérieures,  désiraient fortement partir à l’étranger pour y vivre conformément à leurs aspirations et à leurs idéaux.

En 1996, la voie officielle ne promettant rien de bien intéressant (longues listes d’attente à toutes les portes des ONG), nous sommes partis à l’aventure, direction l’orient.  Notre intention était de nous joindre à tout projet existant, dans un lieu qui nous inspirerait également.

 

Après la Turquie et l’Iran, nous avons débarqué au Pakistan, dont on entendait que du négatif, ce qui n’a pas beaucoup changé.  Pourtant ce fut une hospitalité sans borne qui nous accueillit et nous réchauffa agréablement.  Nous avons donc décidé d’y prolonger notre séjour en allant visiter le 'toit du monde', avant de continuer vers l’Inde.  Le sort en avait décidé autrement.

carte du Pakistan

En novembre 1996, nous commencions à enseigner à l’école d’un  village, Booni (situé à une dizaine de km, au nord-est de Kosht), sur la demande de la communauté locale.  Nous y avons travaillé un an.

En mars 1997, nous établissions une petite bibliothèque avec pour toute dépense la somme de € 1000.  Le système que nous y avons introduit est unique en son genre: la responsabilité du maintien de la bibliothèque est entièrement aux mains des élèves, ce qui a donné des résultats fantastiques.  Trois équipes de deux étudiants chacune, venant des trois classes supérieures, sont en roulement, l’équipe de classe terminale cédant sa place en fin d’année à une équipe d’une classe plus jeune.  Celle-ci apprendra  donc par ses aînées les finesses du métier, au cours de l’année nouvelle.  Les raisons d’un tel arrangement sont multiples:

·        les adultes sont généralement assez corrompus, ce qui signifie qu’ils laissent libre accès à toute personne de leur tribu ou à toute âme un peu influente.  Que de livres ‘égarés’ de cette manière !

·        en général, la lecture ne fait pas partie des occupations des adultes, qui ne portent aucun intérêt aux livres, ni même de respect.  De telles personnes ne sont pas relevantes pour diriger une bibliothèque.

·        En donnant des responsabilités aux jeunes, nous leur offrons également l’opportunité de se faire valoir d’une manière différente, non basée sur le portefeuille du père ou sur l’étendue de leurs terres, mais bien sur leurs mérite et  capacité.

En juin 1999, notre travail fut reconnu et récompensé par l’ambassade de Finlande à Islamabad.  Nous fûmes ainsi autorisés à remplir nos étagères de livres pour la valeur de €4000.  Inutile de préciser que cela a fait de notre petite bibliothèque un endroit digne de ce nom.  Elle fonctionne encore aujourd’hui, et notre plus grande satisfaction est de recevoir la visite de nos anciens élèves, qui n’ont pas leur langue en poche,  savent déjà plus que bon nombre de leurs instituteurs, et osent, sans tressaillir, réfuter l’autorité féodale encore bien en place.  

En août 2000, les fondations pour l’établissement d’une nouvelle école à Kosht furent tracées.  L’Ibn Batuta Community School Kosht ouvrirait ses portes en mars 2000.  Kosht est une communauté majoritairement sunnite au contraire de Booni, qui est, elle, principalement ismaélienne.  Cette dernière jouit de l’aide de son leader religieux, l’Aga Khan, qui prône la modernité et le progrès.  La CE sponsorise généreusement les nombreux projets, menés en son nom.  Ainsi,  l’on peut trouver nombres d’écoles pour filles (surtout) et pour garçons, pensionnats, maternités, cliniques, projets agricoles, …  Par conséquent, le peuple ismaélien est avide de savoir  et de progrès.  Les Sunnites, quant à eux, par orgueil (dénigrement par rapport à l’autre secte), dédain ou ignorance,  refusent de participer.  Le fossé entre ces deux sectes croît de jour en jour, d’où la nécessité d’aider la communauté sunnite à se relever… même si elle ne coopère pas tout de suite !   Elle  préfère attendre que le gouvernement lui tende la main.  Hélas, celui-ci a d’autres chats à fouetter que de se préoccuper de ses affiliations du nord, perdues entre les montagnes.   Il y a néanmoins suffisamment de personnes désirant sortir de leur ‘esclavage’, demandant liberté de pensées et d’expression.  C’est pour leur fournir une voie que nous avons accepté leur proposition de déménager.  

Fin 2000, nous avons profité de notre séjour en Belgique pour collecter des fonds afin de pouvoir commencer les cours en mars, rentrée scolaire dans les montagnes.  Beaucoup de personnes ont été sensibles à nos appels, non seulement par des dons individuels, mais aussi certains clubs service ont témoigné leur intérêt par des dons généreux. 

En  mars 2001, l'école a ouvert ses portes à tous, mais surtout à de nombreux problèmes.  Il nous fallait contrer plusieurs centres d'opposition: les Mullahs, les business men et un prince.    

Pour plus d’information sur l’école à Kosht ou à Booni, referez-vous aux endroits propices sur ce site, ainsi qu'à notre page de nouvelles où vous trouverez nos rapports.

 

Tête de page

E-mail: info@ibcsk.com
© Wendy&Jürgen 27-Mar-2004

Service sponsorisé par Fifty-One Club Nieuwpoort 27.